Non classé

Ile de Paques : Noel chez les Rapa Nui

Notre passage sur l’ile de Paques n’aura duré qu’une semaine mais cela ne nous a pas empeché de visiter ce petit bout de terre perdu au milieu de l’océan et decouvrir la culture Rapa Nui. 

Le 23 décembre, apres quatre heures de vol depuis Santiago, nous arrivons au pays des Moais sous un soleil de plomb. Une fois les sacs a dos récupérés, nous trouvons une borne Wifi, idéal pour prévenir notre couchsurfer de notre arrivée.

Attendant une réponse sous l’ombre des palmiers, nous imaginons notre voyage sur l’ile en feuilletant un guide que nous avions trouvé a l’aéroport. C’est sans compter sur la réponse de notre hote, qui s’excuse de nous avoir oublié et qui ne peut plus nous recevoir. Dommage car il était prévu de passer Noel ensemble, de visiter une association et de s’exercer a la peche traditionnel… Tant pis.

Décus nous décidons de trouver refuge, tout d’abord au pres des hotels et restaurants en proposant nos services, ce qui ne fonctionne pa car les équipes sont completes. Nous tentons notre chance chez l’habitant, mais un 23 décembre, c’est plus que compliqué… Il est 14 heures, nous sommes fatigués et la chaleur est insoutenable, surtout avec nos gros sacs, c’est alors que nous prenons la directions du camping.

Apres une bonne douche, nous relativisons sur ce début de périple, aprés tout, nous sommes sur l’ile de Paques ! Alors que nous rentrons dans la cuisine collective, un sifflement d’une mélodie de Joe Dassin nous interpelle. C’est Rémi qui prépare son repas. Nous entamons une discution avec ce personnage joviale et il nous propose de l’accompagner a la plage. Baignade, relaxation et fous rires nous font le plus grand bien apres deux mois passés sur les routes argentines.

Le lendemain, nous partons avec notre nouveau camarade vers le sommet du volcan Ranu Kau. Malgres la facilité du parcours, cette petite randonnée se corse a cause de la chaleur. Nous profitons de chaque coin d’ombre pour nous hydrater et reprendre des forces. Une fois en haut nous prenons la direction d’Orongo, le village de l’homme oiseau, ou il est possible de voir les vestiges des anciennes tribus.

Apres cette excursion, nous nous rendons chez un commercant pour quelques courses afin de preparer un petit repas pour le réveillon. Nous passerons la soirée avec d’autres campeurs, en particulier Charlotte, une autre francaise qui réside a Santiago.

Le 25 décembre, grace a Charlotte , nous nous rendons au Curanto de Navidad, un gigantesque repas pour les personnes presentes sur l’ile.  Du poissons, de la viande et des pommes de terres enroulées dans des feuilles de bananier, le tout posé sur des pierres volcaniques brulantes et enterrés. Cette longue cuisson permet d’obtenir une nourriture au gout exeptionel. Sans compter les fruits de l’ile et les nombreux gateaux préparés. Le tout est béni par le pretre du village et un groupe de musique est présent. L’ambiance des iles est au rendez vous, nous sommes plus qu’ heureux de participer a cet evenement traditionel. Rodrigue en profite pour échanger quelques mots avec le pretre, touché par notre voyage, il nous conseille de nous rendre a  » Los abuelitos », les petits vieux, ou nous pourrions etre utiles. Mais pour l’heure, nous rentrons au camping pour nos réfugier car un gros nuage noir se dirige vers l’ile.

Le 26 décembre, nous nous rendons de bon matin chez les Abuelitos. Nous découvrons alors un centre d’accueil de jour pour personnes agées. Nous rencontrons Tiare, la directrice des lieux et malheuresement le centre ne fait pas d’acivités cette semaine pour faire un grand ménage. Sensible a notre projet, Tiare nous propose néanmoins de venir dormir chez elle ce soir et c’est avec un grand sourire que nous acceptons. Nous retournons donc au camping pour ranger nos affaires et partons avec Charlotte et Remi vers Maunga Terevaka, le plus haut des trois volcans de l’ile.

Au sommet de ce dernier, nous avons droit a un panorama 360 degres sur l’ile et des kilometres d’eau autour de nous.  Sur la route du retour, nous nous promemons dans des grottes qui offrent de belles vues sur l’océan et passons par les 8 Moai qui sont les euls a l’interieur des terres. Le soir venu, comme promis, Tiare nous prend en voiture devant le camping pour nous enmenne chez elle et nous faisons la connaisance de Mauricio, son mari. La soiree se passe sous le theme de la decouverte et nous echangeons des souvenirs de differents endroits de voyage. Ils sont egelement mordus de decouverte et leur principal interet est le soleil et la plage ! Quand on leur montre des photos de France au meme moment, ils en ont des frissons rien qu’a voir la neige. Nous partons nous coucher assez tot car le lendemain une visite de l’ile nous attend.

Remi passe nous chercher en voiture le matin accompagne d’un de ses amis Florent, et hop nous voila en route a la decouverte des mysteres de l’ile. Les cotes des iles sont remplies de Moais tous plus grands les unsque les qutres, certains sont tombe, d’autres ont subit de la corrosion, mais ce qui est sur c’est que le ressenti a cote de toutes ces statues est vraiment incroyable. Ils sont tellement impressionnant qu’ils imppose le respect. Il est impossible de s’approcher a moins de 5metres d’eux (car ils sont vraiment pour certains prets de la falaise) ce qui rajoute encore plus de mystere. Le clou du spectacle est la vision des 15 mythiques Moai depuis la carriere qui a ete a la base de la creation de chacun des Moai de l’ile.

Les lieux sont des endroits concideres encore sacres par les rapa nui. Et a cote des 21 metres de statue on comprend pourquoi. Avec les ombres du soleil on pourrait meme croire qu’ils sont prets a parler. La journee se termine a la plage Anakena de sable blanc et de cocotiers. Une fois rentre chez Tiare et Moricio nous expliquons notre periple et ils nous disent que pour eux il n’est pas possile de faire le tour de l’ile comme nous l’avons fait car il y a des croyances sur l’ile, comme quoi les esprits des ancetres son portes par les Moai, et si des personnes descendants d’autres tribus se rendent sur les lieux n’appartenant pas a leur ancienne tribu, cela pourrait affecter leur psychisme et ramener sur ses terres des esprits ennemis qui serait cause de malheur pour la famille.

Nous discutons egelement des differentes theories de deplacement des Moai, mais encore la rien n’est moins sure trois grandes theories sont soulevees :

  1. ce sont les extra terrestres qui ont aide les rapa nui a bouger les Moai de la carriere aux falaises
  2. les hommes posaient les Moai et les faisaient traverser les volcans en les faisant rouler sur des rondins de bois
  3. les Moai se deplacaient  seul la nuit une fois construits

Le lendemain matin nous assistons au leve de soleil derriere les 15 Moai. C’est dingue comme les statues semblent se reveillees en meme temps que soleil monte dans le ciel !

C’est encore une journee magnifique et tres chaude nous partons avec le frere de Tiare, Fernando, a la peche traditionnelle. C’et une bonne partie de rigolade car nous sommes sur les rochers au pied des falaises et pechons. Les vagues nous surprennent car nous n’avons pa l’habitude en un rien de temps nous sommes trempes des pieds a la tete. Fernando ris beaucoup car lui a l’habitude et sait quand il faut se retirer des rochers pour eviter la trempette. Nous passons l’apres midi a ramaser des oursins et a recuperer un poisson ! Une peche miraculeuse qui se termine par un barbeucue et curanto pour tout le monde.

C’est comme cela que se termine notre aparte dans l’ile mysterieuse. Les secrets de cette ile sont bien gardes et nous pensons que c’est mieux ainsi. Lavisite a ee riche en emotion et en spiritualite. Nou remercions les francais rencontres et les rapa nui qui nous ont permis de partager des moments privilegier dans leur intimite.

 

Vous aimerez aussi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *